Les transformations du village en 99 ans

, par Georgette

1er volet : 1900 - 1975

En 1900 : 11 cafés, 2 bouchers, 2 charrons, 3 boulangers, 6 épiciers, 2 maréchaux-ferrants, 1 tailleur, 3 marchands de tissu, 1 tonnelier, 1 menuisier, 3 maçons et 10 cordonniers artisans fabricants, ainsi que des métiers à tisser la soie et le velours.

1900 - 1910

En 1900, Monsieur Frédéric ROUSSEY étant maire, le Conseil Municipal décide d’acheter le jardin de Monsieur François ESCOFFIER pour créer une place publique (place Neuve). La dépense s’élèvera à 7.200 F. Les travaux seront achevés en 1902. La croix qui était à l’angle des deux routes sera déplacée et posée sur le côté gauche de l’Église (où elle se trouve encore).

En 1906, la Commune compte 933 habitants.

En 1907, un projet est fait pour l’éclairage électrique des rues (14 lampes), mais il n’aboutira qu’en 1912 (22 lampes seront installées pour un prix de 505 F).

1910 - 1920

En 1910, nait le projet d’agrandissement du bâtiment Mairie/École pour construire une école de filles. Le terrain de Monsieur Étienne ESCOFFIER jouxtant la mairie est acheté pour 7.000 F. Le devis définitif des travaux sera pour :

- l’école des filles ................................... 31.972,50 F
- la réparation de l’école de garçons....... 5.391,75 F
- la réparation de la Mairie ..................... 2.180,85 F

Le projet approuvé en 1911 par le Préfet ne sera réalisé qu’en 1914, Monsieur Bonnaventure THÉVENET étant Maire depuis 1912.

Pendant la guerre, de nombreux refugiés viennent des villes. Aux morts de la guerre s’ajouteront les victimes de l’épidémie de la grippe espagnole.

Petit à petit, les maisons du village reçoivent le courant électrique.

En 1916, le bureau de Poste qui était place du By (maison LAPLACE) est déplacé place de l’Église (à côté du Café REYNARD).

En 1918, la Commune paiera « l’inscription des soldats morts pour la Patrie » sur le monument funéraire érigé au cimetière par « souscription publique ».

En 1919, Monsieur André NICOLAS est élu Maire.

1920 - 1930

En 1922, le contrôle des distributions d’énergie électrique passe de la municipalité aux agents de l’État. (1 F le Kw/h) Société Générale « Force et lumière ».

1926 : la population est de 776 habitants et Monsieur Philippe BAZIN est élu Maire. Quelques automobiles apparaissent à SAINT LAURENT, mais on utilise beaucoup le <(petit train » et les voitures « hyppomobiles » pour aller à MORNANT ou à LYON.

la Commune achète place du By la maison qui est toujours occupée par La Poste pour 19.000 F. Les travaux seront faits en 1927 et 1928 pour 37.080 F. L’installation aura lieu le 15 août 1928.

1930 - 1940

En 1932 une pétition pour demander l’adduction d’eau potable récolte 117 signatures (une commission sera créée). Un avant-projet sera fait en 1933 mais n’aboutira pas avant la guerre.

L’électrification continue à se développer. Les « écarts » (Bouchat, les Rivières et Crémière) ne seront équipés qu’en 1934-1936.

En 1933 Monsieur Joseph JAILLET est élu Maire. Le trafic de voyageurs du « petit train » sera interrompu et remplacé par les autocars. Le trafic « marchandises » continuera jusqu’en 1936 (le train transportait même les « bidons de lait »).

En 1936 : démolition de la 3e tour du Château de Souvigny (vers l’impasse de la Matazine) pour élargir la route de Saint Vincent (jusqu’au chemin du Vernay). Petit à petit, les routes départementales sont goudronnées. Quelques maisons sont équipées du téléphone.

1939 : déclaration de guerre, mobilisation. Création d’un Comité d’entraide aux mobilisés, d’un Comité d’accueil et de secours aux réfugiés et d’un Comité de soutien aux prisonniers de guerre.

1940 - 1950

Les gens des villes viennent « au ravitaillement », le plus souvent à bicyclette.

En 1944, les enfants des villes sont accueillis dans des familles. Cette année-là, adhésion de la Commune à l’Association intercommunale des Eaux de la région de MORNANT qui en 1945 fusionne avec celle de la région de MILLERY.

1945 : la Chapelle Saint Vincent est classée « monument historique » et pour la première fois, une femme est élue au Conseil Municipal de SAINT LAURENT D’AGNY, Mademoiselle Suzanne CORON.

1946 : 775 habitants.

1948 : début des travaux d’adduction d’eau.

1950 - 1960

1952 : premier tracteur à SAINT LAURENT.

1953 : décès de Monsieur Joseph JAILLET et élection de Monsieur Pierre RIVIÈRE. L’ancienne gare (maison POILANE) est achetée à la Compagnie OTL par le père de Monsieur Georges VERICEL. La population est de 640 habitants. Le réseau d’adduction d’eau est inauguré.

1954-1955 : démolition du pont du chemin de fer au-dessus de la rue du Clair.

1955 : amélioration du chemin de Saint Vincent.

1955 à 1958 : travaux de restauration à la Chapelle Saint Vincent.

1957 : demande d’installation d’un poste d’essence place du By. La commune accepte, l’installation est faite en 1958.

1959 élection de Monsieur André JAILLET. 710 habitants, 7 épiceries et 4 cafés.

1960 - 1970

1960 : acquisition d’immeubles place de l’Église pour 30.000 F, pour permettre l’alignement de la Route Départementale n° 36. Création d’un CEG à MORNANT et d’un syndicat intercommunal pour le transport des élèves.

Inauguration en 1961 de la nouvelle place et du nouveau tronçon de route. Plantation de peupliers au « Planil ».

1966 : projet d’assainissement première tranche, emprunt de 64.000 F. Monsieur Claudius DELORME rétrocède à la commune un terrain de 1.500 m2 contigu au tènement communal Mairie/école.

1967 : création du SIVOM de la région de MORNANT. Projet de construction d’un CES.

1968 : 725 habitants.

1970 - 1980

1970 : acquisition de 1.500 m2 de terrain pour construire une station d’épuration. Projet de lotissement de la Champière. Il sera terminé en 1972/1973.

1971 : création d’un « Club des jeunes ». Installation du local du « Club des Barres ». Demande de création d’une classe enfantine.

Le secrétariat de mairie (salle verte) sera installé en 1973 au premier étage. Le 5 août de cette année est inauguré l’étang du Planil (fête).

1975 : 909 habitants